Code de Pratiques Pour les Musulmans en Occident

Le Jeune (al-sawm)

Notre noble Prophète Muhammad (que la bénédiction de Dieu soit sur lui et sa famille) a prononcé un prêche émouvant pour accueillir le mois béni de ramadan dont on peut rappeler les passages suivants :

«O gens! Voici qu'arrivé le mois de Dieu en vous apportant la bénédiction, la miséricorde et le pardon. C'est le meilleur mois pour Dieu. Ses jours sont les meilleurs jours. Ses nuits sont les meilleures nuits. Et ses heures sont les meilleures heures. C'est un mois pendant lequel vous êtes les invités de Dieu. Vous y êtes parmi ceux que Dieu juges dignes de Sa générosité. Vos souffles, dans ce mois, sont des louanges. Votre sommeil y est une adoration. Vos actes y sont acceptés. Et vos invocations y sont exhaussées. Alors implorez Dieu, votre Seigneur, avec des intentions sincères et des cœurs purs pour qu'il vous accorde la possibilité défaire le jeûne et de réciter Son livre. Malheureux est celui qui n'obtient pas le pardon de Dieu durant ce majestueux mois».

«O gens! Les portes du paradis s'ouvrent durant ce mois, demandez à votre Seigneur qu 'II ne les ferme pas devant vous. Les portes des enfers se ferment [durant ce mois], demandez à votre Seigneur qu'il ne les ouvre pas devant vous. Les diables sont enchaînés [durant ce mois], demandez à votre Seigneur qu 'II ne les lâche pas contre vous».

«O gens! Celui, parmi vous, qui améliore son comportement moral pendant ce mois, traversera sans encombre la Voie (al-sirāt) le jour où les pieds glisseront sur ce passage. Celui qui y allégera les tâches de ses subordonnés, Dieu allégera son jugement. Celui qui y cessera [défaire] le mal, Dieu arrêtera sa colère envers lui le jour où il sera devant Lui. Celui qui y honorera un orphelin, Dieu l'honorera le jour où II le rencontrera. Celui qui y renforcera ses proches, Dieu lui apportera Sa miséricorde le jour de Sa rencontre. Celui qui y coupera ses relations avec ses proches, Dieu lui coupera Sa miséricorde, le jour de Sa rencontre. Celui qui y récitera un verset du Coran aura la récompense de celui qui récite tout le Coran pendant un autre mois».

L’Imām 'Ali (que la paix soit sur lui) a dit: «Nombreux sont les jeûneurs qui n 'ont de leur jeûne que la soif et les prieurs qui n 'ont de leur prière que la fatigue».

L’Imam Al-Sādiq (que la paix soit sur lui) a dit: «Si tu te réveilles en état de jeûne, alors que ton ouïe, ta vue, tes cheveux, ta peau et tous tes membres jeûnent aussi».

Le même Imam a dit aussi : «Le jeûne n 'est pas seulement le fait de s'abstenir de manger et de boire. Si vous faites le jeûne, protégez vos langues du mensonge, détournez vos regards de ce que Dieu a interdit, ne vous vous disputez pas, n 'enviez pas les autres, ne parlez pas en mal des autres en leur absence, ne vous insultez pas, ne commettez pas d'injustice, évitez les faux témoignages, le mensonge, les disputes et les mauvais soupçons [envers les autres], la médisance et la calomnie. Soyez prêts pour la vie de l'au-delà en attendant votre jour, en attendant ce que Dieu vous a promis. Approvisionnez vous pour Le rencontrer. Veillez sur votre sérénité, votre dignité, votre obéissance, et votre soumission tels des esclaves qui ont peur de leur Seigneur et qui espèrent en [Sa clémence]» 1 .

Il convient de préciser ici quelques règles concernant le jeûne, et de les faire suivre par des consultations en jurisprudence en rapport avec cette importante obligation religieuse :

Question 96 : Manger ou boire exprès font partie des choses qui invalident le jeûne. Mais si le jeûneur boit ou mange involontairement en oubliant qu'il fait le jeûne, son jeûne est accepté et il ne doit rien [il ne doit pas refaire un jour de jeûne en compensation, par exemple].

Question 97 : Rester en état d'impureté majeure (ğanāba) intentionnellement jusqu'à l'aube (al-fagr) fait partie des choses qui invalident le jeûne pendant le mois de ramadan. Si la personne en état d'impureté majeure reste ainsi intentionnellement, il doit, par précaution, rester en état de jeûne pour le reste de la journée avec l'intention de faire son devoir de jeûneur par politesse, puis il doit, par précaution aussi, jeûner un autre jour après le mois de ramadan avec l'intention de compenser sa dette et en guise de punition .

Par contre, le malade qui ne peut pas faire le ġusl (ablutions totales) en raison de sa maladie, il peut faire le tayammum (purification avec du sable ou de la terre) avant l'aube et dans ce cas il devient pur et peut faire son jeûne sans problème.

Question 98 : Pour la femme, ne pas faire le ġusl après l'accouchement ou après la fin de ses règles pendant le mois de ramadan fait partie des actes qui invalident le jeûne. Donc, si une femme qui ne voit plus d'écoulement de sang suite à des règles ou à un accouchement et ne fait pas le ġusl jusqu'à l'aube, tout en ayant la possibilité de le faire, elle est soumise à la règle relative à la ğanāba précisée dans la question précédente. Si elle ne peut pas faire de ġusl, elle doit faire le tayammum.

Question 99 : II vaut mieux que le jeûneur n'avale pas les glaires qui arrivent dans sa bouche bien qu'il soit permis de le faire, comme il est permis d'avaler la salive regroupée dans la bouche même si elle était en grande quantité.

Question 100 : Le rêve érotique suivi d'éjaculation durant la journée n'invalide pas le jeûne. Celui à qui cela arrive est en état de ğanāba et doit donc faire le ġusl pour pouvoir faire sa prière. En effet, ceci n'a pas d'influence sur le jeûne.

Question 101 : Le fait de se laver les dents avec une brosse et du dentifrice n'invalide pas le jeûne à condition que la personne n'avale pas de salive mélangée au dentifrice. Mais la petite quantité qui est dissoute dans la salive n'annule pas le jeûne.

Question 102 : Si un musulman vit dans un pays où, par exemple, le jour et la nuit durent chacun six mois, il lui doit voyager vers un pays où il peut faire le jeûne, pendant le mois de ramadan ou après ce mois pour y compenser son jeûne. S'il ne peut pas voyager, il doit payer la rançon (fidya) en contrepartie du jeûne, c'est-à-dire donner un boisseau (mud) (soit 750 grammes) de nourriture pour un pauvre pour chaque jour non jeûné.

Question 103 : S'il est arrivé qu'un musulman vive dans un pays où, pendant certaines saisons, le jour dure vingt-trois heures et la nuit une heure seulement ou inversement, il doit faire le jeûne pendant le mois de ramadan s'il peut le faire. En cas d'incapacité, ce devoir est annulé, mais s'il peut faire ce jeûne même plus tard à titre compensatoire, même en voyageant dans un autre pays, dans ce cas, la compensation est obligatoire d'abord par le jeûne en cas de capacité sinon par payement de la fidya (voir les consultations en jurisprudence annexées à ce chapitre).

Voici quelques questions concernant ce sujet et les réponses de son Éminence notre Sayyid (que Dieu le garde) :

Question 104 : Certaines personnes viennent dans un pays avec l'intention d'y résider quelques années pour une raison déterminée sans renoncer à leur pays d'origine. Une fois leur objectif atteint, elles repartent pour habiter là où elles le souhaitent. Comment doivent-elles faire la prière et le jeûne?

* Elles font la prière complète et font le jeûne un mois après le début de leur résidence dans ce pays, comme c'est le cas dans leur pays d'origine.

Question 105 : Peut-on compter sur les observatoires spatiaux européens pour déterminer les horaires de l'aube, du lever du soleil, du midi réel et du coucher tous les jours de l'année y compris les jours du mois de ramadan, tout en sachant que ces observatoires sont scientifiques et si précis qu'ils donnent ces horaires au dixième de seconde?

* Si on est sûr de leur précision, on peut agir en fonction de cela bien qu'il y ait certaines différences quant à la détermination de l'aube notamment dans certains pays européens. Il est,
donc, indispensable de s'assurer que ses observations suivent l'avis admis pour cette détermination.

Question 106 : Dans certains pays, le soleil ne se lève pas ou ne se couche pas pendant plusieurs jours voire plus, comment, dans ce cas, peut-on prier et jeûner?

* Par précaution obligatoire, on accomplit les cinq prières en fonction des horaires des lieux les plus proches où s'altèrent la nuit et le jour toute les vingt-quatre heures avec
l'intention absolue de s'approcher de Dieu.

En ce qui concerne le jeûne, il faut voyager dans un autre pays où il est possible de faire le jeûne de ce mois respecté ou y aller après le mois de ramadan pour y faire le jeûne compensatoire.

Question 107 : Est-ce que celui qui fait le jeûne du mois de ramadan dans un pays non musulman, a le droit de donner à manger au non musulman?

* II n'y a pas d'obstacle à faire cela.

Question 108 : Les pulvérisateurs qui facilitent la respiration invalident-ils le jeûne?

* Si la matière pulvérisée au moyen de ces pulvérisateurs arrive dans la trachée sans atteindre l'œsophage, cette opération n'invalide pas le jeûne.

Question 109 : Est-ce que le produit nourrissant qu'on administre par une injection intraveineuse invalide-t-il le jeûne? Quelque soit l'état du malade et qu'il en ait besoin ou non?

* Cet acte n'invalide pas le jeûne dans les deux cas.

Question 110 : La masturbation invalide-t-elle le jeûne pendant le mois de ramadan que cette acte amène l'éjaculation ou non?

Quelle est l'expiation (kaffāra) que doit payer celui qui a fait cette masturbation? Enfin quelle est la règle concernant la femme qui s'est masturbée pendant le mois de ramadan et que ceci amène l'orgasme ou non?

* S'il a fait la masturbation dans l'intention d'éjaculer et qu'il a éjaculé, son jeûne devient invalide et il doit le refaire à titre compensatoire et payer la kaffāra qui est de faire le jeûne pendant deux mois successifs ou de donner à manger à soixante pauvres. S'il a fait cette masturbation en ayant l'intention d'éjaculer mais sans y parvenir, il doit finir son jeûne dans l'intention absolue de s'approcher de Dieu, puis il doit le refaire à titre compensatoire. S'il a fait cette masturbation sans avoir l'intention d'éjaculer et sans avoir l'habitude de le faire car il supportait cet acte mais l'éjaculation le trahit, il doit refaire son jeûne à titre compensatoire sans payer de la kaffāra.

Enfin s'il était sûr de ne pas éjaculer et que cette éjaculation l'a vaincu, il ne doit pas faire de jeûne à titre compensatoire.

Ces règles s'appliquent indifféremment à l'homme comme à la femme.

Question 111 : Que doit faire un bon croyant qui fait le jeûne sans savoir que la ğanāba volontaire invalide le jeûne?

* II doit refaire son jeûne à titre compensatoire sans payer la kaffāra s'il était sûr que la ğanāba n'invalide pas le jeune ou s'il n'était pas attentif à cette règle .

Question 112 : La sentence de celui qui a rompu son jeûne volontairement pendant le mois de ramadan par un péché est, pour certains savants, de faire les trois kaffārāt. Alors que doit-on faire à notre époque où il est impossible de libérer un esclave puisqu'il n'y a plus d'esclavage?

* La libération d'un esclave est annulée si elle n'est pas possible, sachant qu'il n'est pas obligatoire de faire les trois kaffārāt lorsqu'on rompt le jeûne en commettant un péché
pendant le mois de ramadan, et Dieu est le Savant.

Question 113 : Si on a prouvé l'apparition de la nouvelle lune à l'Est, le mois de ramadan devient-il prouvé ipso facto à l'Ouest? S'il a été prouvé en Amérique le devient-il en Europe?

* Si la nouvelle lune est prouvée à l'Est, elle l'est également à l'Ouest à condition que les deux lieux considérés ne soient pas trop éloignés quant à leur latitude.

Par contre, si la nouvelle lune est prouvée à l'Ouest, cela n'implique pas qu'elle soit prouvée à l'Est sauf si on en est certain et ce même si son apparition dans l'horizon du premier lieu est plus longue contrairement à ce qui est le cas dans le second en raison des temps du lever et coucher du soleil.

Dans le livre minhāg al-salihīn, il est précisé que: «la nouvelle lune est prouvée au moyen de la connaissance obtenue par la vue directe, par la transmission régulière (al-tawātur) et autres moyens et aussi par l'assurance obtenue par les alliés ou autre».

Dans la question 1044 [du même ouvrage], il est souligné que : «si la nouvelle lune a été vue dans un pays cela suffit pour qu 'elle soit prouvée dans d'autres s'ils ont le même horizon. C'est-à-dire que la vue effective de la nouvelle lune dans le premier pays est indissociable de celle du second sauf s'il y un obstacle tel un nuage, une montagne ou un autre obstacle de ce genre».

Je vous serai obligé de bien vouloir répondre aux questions suivantes :

Question 114 : La vue de la nouvelle lune dans les régions orientales telles que l'Iran, Al-Ahsā', Al-Qatīf, les pays du golfe, l'Iraq, la Syrie et le Liban implique-t-elle sa vue dans les pays de l'Ouest comme la Grande Bretagne, la France et l'Allemagne dans la mesure où il n'y avait pas d'obstacle tel que des nuages ou du brouillard?

* Oui, la vue de la nouvelle lune dans un lieu implique sa vue dans les pays qui sont à l'ouest de ce lieu et ce dans l'absence d'obstacle et si la latitude du premier lieu ne diffère pas
beaucoup de celle du second.

Question 115 : Si on suppose que cette implication est prouvée, est-ce que le fait que la vue de la nouvelle lune a été prouvée par quelques savants dans les pays de l'Est impose aux personnes responsables habitant dans les pays de l'Ouest de commencer le jeûne même si elles n'ont pas la pu voir en raison des nuages par exemple?

* Ceci ne constitue une preuve ni pour ces personnes, ni pour d'autres. La réponse est positive si la vue de la nouvelle lune a été prouvée avec assurance chez eux effectivement
ou s'il y ait des témoins qui le certifient sans aucune objection même par sentence, donc ces personnes doivent agir en fonction de leur certitude.

Question 116 : Certains mois, on annonce que la nouvelle lune a été prouvée chez certains savants des pays de l'Orient qui se basent sur leur affirmation sur la parole de certains témoins qui attestent l'avoir vu et ces témoignages sont accompagnés de ce qui suit :

a - Ces témoins qui sont, par exemple, au nombre de trente, dispersés dans plusieurs endroits : deux à Isfahān, trois à Qum, deux à Yazd, quatre au Koweït, cinq au Bahreïn, deux à Al-Ahsā', six en Syrie, ainsi de suite.

b - Le ciel est clair dans certains des pays de l'Ouest et les croyants qui résident dans ses régions, peuvent, donc, observer la nouvelle lune sans qu'il y ait d'obstacle empêchant la visibilité.

c - L'observatoire britannique annonce que cette nuit, il est impossible de voir la nouvelle lune sans utiliser le télescope et que sa visibilité à l'œil nu est possible la nuit suivante.

Quelle est la règle dans ce cas? Veuillez-nous donner unsfatwa et que Dieu vous récompense.

* Le responsable doit avoir, par lui-même, la certitude sereine de la visibilité du croissant en raison de la clarté du ciel ou par le biais de témoins qui prouvent ce fait sans objection. Dans le cas cité et dans les cas qui lui ressemblent, on ne peut pas, généralement, avoir la certitude que la nouvelle lune soit apparu à l'horizon parce qu'on l'a vraiment vu. C'est plutôt le contraire qui l'emporte. Et les témoignages émis à ce sujet peuvent être basés sur l'imagination et l'erreur d'appréciation. Dieu est le Savant.


1- Cf. ces textes et beaucoup d'autres dans les recueils du hadit et dans l'ouvrage d'Al-Qummī : majntīh al-ginān, pp. 235-237.