Les Fatwas Simplifiées

La causerie du testament (al-wasiyya)

Mon père commença la causerie du testament par le noble hadıth suivant : L'Imâm Abı ja‘far (bsl) a dit : «Le testament est un droit et le prophète (pbAsl) l'a fait et tout musulman doit le faire».

■ Mais, mon père, des gens ne font pas de testament car ils imaginent que ceci implique la proche de leur mort ce qui est, à leurs yeux, de mauvais augure?

- Le testament est recommandé. On rapporte même que, contrairement à ce que tu as dit, il prolonge la vie. En plus, y renoncer est un acte abhorré et non agréé.

Et après tout, «la mort est une vérité» n'est-ce pas?

■ Oui, une vérité de Dieu qu'Il soit exalté qui dit dans le Saint Coran : «Toute âme goûtera la mort» (Al-‘Imrân (la famille d'Imran), verset, 185), un verset que j'entends souvent et que je récite en passant à côté d'un cimetière.

Oui, la mort est une vérité. Je l'ai répété avec crainte, humilité et peur.

- Puisque c'est le cas, pourquoi fuir une réalité inévitable?

N'est-il pas plus digne que nous soyons réalistes ou du moins pragmatiques en nous préparant à ce qui arrivera inéluctablement, que nous vivions longtemps ou peu. La mort ne doit-elle pas être une source d'exhortation et de méditation?

■ Mais je ne sais pas comment la personne doit faire son testament?

- Il convient que tu commences par le testament qu'a appris le prophète (pbAsl) à l'Imâm ‘Alı (bsl) et aux musulmans :

■ Quel est ce testament?

- Mon père se leva pour aller vers son bureau d'où il revint avec dans les mains un livre qui lui est très cher intitulé «al-wasâ’il». Il l'ouvrit et lis pour moi le texte du testament du prophète (pbAsl) à l'Imâm ‘Alı (bsl) et aux musulmans :

Voici le texte en question :

«Ô Seigneur! Créateur des cieux et de la terre, le Connaisseur de ce qui est voilé et de ce qui est manifeste, le Clément et le Miséricordieux! Ô Seigneur! Je Te confie dans la vie d'ici-bas que j'atteste qu'il n'y a point de divinité hormis Toi, l'Unique, Tu n'as point d'associé, que Muhammad est Ton serviteur et Ton messager, que le paradis est vrai, que l'enfer est vrai, que la résurrection est vraie, que le jugement est vrai, que la destiné et la Balance sont vraies, que la religion est celle que Tu as décrite, que l'Islam est celui que Tu as légiféré, que la parole est celle que Tu as dite, que le Coran est celui que Tu as décrit et que Tu es Allah, le Vrai de toute évidence. Que Dieu accorde à Muhammad la meilleure récompense et qu'Il salue Muhammad et sa famille.

Ô Seigneur! Ô Mon Soutien dans mon affliction, Mon Compagnon dans ma détresse et le Pourvoyeur de mes subsistances. Mon Seigneur et le Seigneur de mes ancêtres, ne me laisse jamais à la merci de mon âme ne serait ce qu'un clin d'œil, car si Tu me laisses à la merci de mon âme, je me rapprocherai du mal et je m'éloignerai du bien. Dissipe ma solitude dans ma tombe et accorde-moi une promesse répandue le jour où je Te rencontrerai»

Après quoi, la personne fait ce qu'il veut comme recommandations testamentaires.

■ Quelles sont les recommandations testamentaires que peut faire la personne?

- Il peut recommander de prendre soin de ses jeunes enfants et de sa famille, de ne pas rompre les liens de parenté, de payer ses dettes et remettre les dépôts qu'on lui a confiés, de compenser ce qu'il a manqué comme prière, jeûne et pèlerinage, de payer le quint sur les biens dont il n'en a pas payé, de verser une aumône légale qu'il doit donner, de nourrir les pauvres pour solliciter la récompense divine, de faire des choses le concernant particulièrement après son décès, de faire l'aumône à sa place, etc.. etc...

Mon père poursuivit :

Celui qui fait un testament doit être majeur, doté de raison, libre dans ses gestes, raisonnable car le testament d'un effronté, d'une personne sous la contrainte ou d'un enfant qui n'a pas atteint dix ans d'âge n’est pas valide. Le testament doit concerner des affaires du bien pour sa famille et ses proches.

La personne faisant le testament ne doit pas être sur le seuil de se donner la mort avec du poison ou en provoquant des blessures graves pouvant l'anéantir. Dans ce cas, son testament concernant ses biens n'est pas valide. Il l'est, cependant, dans tout ce qui concerne son enterrement et les affaires de ses enfants mineurs par exemple.

La personne choisie pour exécuter le testament est appelée l'exécuteur testamentaire (al-was.iy). Celui-ci ne peut confier cette tâche complètement à une autre personne. Mais, il peut demander à un mandataire d'appliquer une clause quelconque du testament dans le cas où son auteur ne précise pas que l'exécuteur testamentaire doit le faire personnellement.

■ Le testament doit-il être écrit?

- Pas du tout. La personne peut le faire oralement voire avec des gestes biens claires pour la personne choisie.

En outre, il suffit pour ça l'existence d'un document portant son écriture ou sa signature prouvant qu'il s'agit du testament à respecter.

■ La personne doit-elle établir son testament lorsqu'elle tombe malade seulement?

- Absolument pas. Elle peut le faire en état de maladie mais aussi en bon état de santé.

■ Peut-elle faire n'importe quelle recommandation testamentaire?

- Oui, à condition que celle-ci ne concerne pas un péché tel que soutenir un injuste.

■ Le testament peut-il concerner tous les biens et toute leur valeur?

- La personne a le droit de faire des recommandations testamentaires dans la limite du tiers de ses biens.

■ Et si elle dépasse ce tiers?

- Le testament devient invalide au-delà du tiers sauf si les héritiers sont consentants.

■ Que doit-on faire pour exécuter le testament?

- D'abord, il faut dégager de tous les biens laissés par le défunt, les droits qu'il a envers les autres tels que des dettes, le prix des choses qu'il a achetées sans les payer, le quint, l'aumône légale, les amendes qui sont à sa charge et les frais de pèlerinage obligatoire même si la personne ne le précise pas dans le testament.

La somme qui reste doit être divisée en trois parties : un tiers pour l'exécution du testament et les deux autres pour les héritiers.

■ Il arrive que le défunt recommande dans son testament qu'une certaine somme d'argent soit versée à une personne où lui lègue une maison, un terrain. Il arrive aussi qu'il préconise qu'on l'enterre dans un lieu précis et d'une façon bien décrite.

- Il a le droit de le faire tant que ceci ne dépasse pas le tiers de ses biens.

■ Il se peut qu'une partie des biens disparaisse entre les mains de l'exécuteur testamentaire?

- Ce dernier n'est pas responsable de cette disparition sauf en cas d'abus ou de négligence.

Mon père ajouta par la suite :

Le testament est recommandé si la personne n'a pas montré des signes annonciateurs de sa mort. En cas de survenance de ces signes, il doit d'abord :

1 - payer ses dettes arrivées à échéance si elle en est capable.

Quant aux dettes dont la date de remboursement n'est pas arrivée, ou qui ne sont par revendiquées par les créanciers ou encore qu'elle ne peut rembourser, elle doit les recommander dans son testament et en témoigner si les gens ne sont pas au courant.

2 - rendre les dépôts que des propriétaires lui avaient confiés ou les informer qu'ils peuvent les reprendre et recommander leur restitution dans son testament.

3 - payer, le cas échéant, le quint, l'aumône légale, les amendes qui sont à sa charge sans attente en cas de capacité matérielle évidemment.

4 - préciser dans son testament l'emploi d'une personne pour accomplir à sa place les éventuels jeûne et prière non accomplis. Et même si ses moyens financiers ne le permettent pas et que quelqu'un se propose de le faire gracieusement, il doit le préciser dans son testament. Dans quelques cas, il suffit d'informer son entourage de ce que la personne doit dans ce cadre, si elle était certaine que le fils aîné, par exemple, va le compenser.

5 - informer les héritiers de ses biens qui sont entre les mains d'autres personnes ou dans des lieux inconnus afin qu'ils ne perdent pas leurs droits.

■ Tu as dit au début de la causerie que le testament est recommandé. Et qu'arrivera-t-il si la personne ne le fait pas?

- Il perd son droit de disposer du tiers de son héritage selon sa guise car les héritiers vont se partager le tout selon des règles bien déterminées.

■ Comment faire le partage?

- C'est ce que nous allons voir dans la prochaine causerie consacrée, justement, à l'héritage si Dieu le veut.